En fait j’étais en manque de mer… de vagues, de cris de mouettes et d’iode. Ce séjour à Etretat est arrivé à point nommé !

Sur ce dessin, vous pouvez voir l’aiguille dressée et les deux falaises percées, mais aussi l’hôtel des roches blanches et son décor bleu, près de la falaise aval sur laquel je ne suis pas montée, parce que je ne monte pas sans parachute sur les falaises à pic sous des pluies torrentielles. Et comme je n’avais pas mon parachute…

Vous pouvez compléter la plage en y dessinant tous les galets, 3 os de seiche et 2 coquillages. Pas plus. Je soupçonne les mouettes de les avoir apportés là. Pardon, les goélands. On voit peu de mouettes à Etretat. Vous pouvez colorier le drapeau des maitres nageurs sauveteurs en vert (sinon je n’aurais pas les pieds dans l’eau, ajouter devant un toutou-bar et un panneau avec la température de l’eau (17 pendant mon séjour) et de l’air (17 aussi). Il y a un casino, dont les lettres changent de couleur la nuit, situé à côté d’un restaurant qui sert des moules sans frites. Ça semble inimaginable aux plus belges d’entre nous, je sais… Sur la promenade « Claude Monet » (côté aval elle s’appelle autrement, « Jules Trognon » je crois, enfin un nom qui fait rire : je vais vérifier), on trouve deux peintures explicatives, les avertissements sur les galets à ne pas retirer de la plage sous peine d’inondation, d’effondrement d’Etretat – mais on en a déjà parlé – et celles sur le fait qu’il ne faut pas nourrir les goëlands sauvages (vérifiez donc : ne jetez de pain qu’à ceux qui ont un

collier) et une troisième que j’ai oubliée. Mais c’était trop petit à faire sur le dessin. Il y a aussi deux bâteaux transformés en restaurants avec toits de chaume, mais je n’avais plus de place car il me fallait caser…

La bibliothèque de « Lire à la plage ».

C’est une adorable petite cabane aux couleurs du département, avec son drapeau et une terrasse de chaises droites ou longues les jours sans pluie. On peut y lire sur place du matin au soir la meilleure sélection de romans, livres d’enfants, documents et BD de toutes les bibliothèques que j’ai fréquentées. A croire que c’est Lustucru ou La soupe de l’espace qui leur ont fait la sélection enfantine, et Pénélope Bagieu celle des BD…

Et puis du côté de la falaise amont on a la fameuse aiguille (creuse ou non ?), un golf superbe et bien vert, des herbes folles avec noté « attention vipères » et des algues à marée basse dans lesquelles faire semblant de pêcher des crevettes.

La visite vous plaît ? Vous connaissez Etretat ? Vous voulez un plan avec les bonnes adresses « ordinaires » ?

5 comments on “un petit aperçu d’Etretat : ma visite
  1. Youggie dit :

    Etretat, je ne connais que la falaise et j’ai cru que ma pauvre petite Twingo n’allait jamais réussir à monter la côte ! (sinon, c’est joli par là-haut !)

  2. Céline dit :

    Merci pour la visite guidée et dessinée d’Étretat! J’y suis allée pendant mon adolescence, je n’en garde donc qu’un lointain mais beau souvenir!

  3. juju dit :

    je ne connais pas du tout, mais on s’y croirait… j’ai preque pu sentir l’air iodé dis :)

  4. M-Anne dit :

    Etretat, ce n’est pas trés loin de chez moi. Ta description est trés réaliste, je trouve!
    Mais tu ne devrais pas plaisanter avec les goëlands, quand ils ne sont pas contents, ils te balancent leurs déjections, on ne s’en méfient jamais assez de ces bestioles! C’est pour ça qu’ils ne faut pas les nourrir, des fois qu’ils préfèrent la baguette au pain de campagne ou l’inverse :-)

  5. Miss Choco dit :

    J’adore vraiment Etretat. C’est une belle escapade pour sortir un peu de Paris !
    En plus, c’est accessible en train.

    Ensuite nous avions pris le bus pour aller dormir au Havre, c’était vraiment très sympa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>